Uruguay-Suisse

12 03 2008

 

Le siège de la Convention de Stockholm sur les produits chimiques très dangereux restera à Genève. Les Etats parties l’ont décidé vendredi en Uruguay.

Réunis à Punta del Este, les Etats parties ont pris cette décision par consensus, après le retrait de la candidature romaine, indique Philippe Roch, directeur de l’Office fédéral de l’environnement.

Intervenant devant les 600 représentants de plus de 130 pays, M. Roch a confirmé les engagements de la Suisse, qui va financer le budget annuel de l’organisation à hauteur de 2 millions de francs environ (sur un total de 5 millions). Berne a déjà payé la presque totalité de la facture de la conférence de Punta del Este (environ 1 million de francs).

Pour M. Roch, l’attribution du secrétariat permanent permettra des synergies avec les autres institutions similaires déjà présentes dans la Cité de Calvin, notamment le siège de la Convention de Rotterdam (réglant les exportations et les importations de pesticides et de produits chimiques très dangereux).

 

 

 

Conférence des Parties à la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants sur les travaux de sa première réunion


La première réunion de la Conférence des Parties à la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants s’est tenue au Conrad Resort and Casino à Punta del Este (Uruguay), du 2 au 6 mai 2005.

 

Election du Bureau

La Conférence a décidé d’appliquer provisoirement l’article 22 du projet de règlement intérieur figurant dans le document UNEP/POPS/COP.1/25 à seule fin d’élire le Président de la Conférence des Parties à sa première réunion. A la suite de cette décision, la Conférence a élu Président par acclamation M. Mariano Arana, Ministre uruguayen du logement, de l’aménagement du territoire et de l’environnement.

La Conférence a en outre décidé que le Bureau comprendrait 10 membres, à raison de deux pour chacune des cinq régions de l’ONU. Les personnes ci-après ont été élues membres du Bureau :

Président : M. Mariano Arana (Uruguay)

Vice-Présidents : Mme Therese Yarde (Barbade)
M. Dimitry Zorin (Bélarus)
M. Marin Kocov (ex-République
yougoslave de Macédoine)
M. Jan-Karel B.H. Kwistshout (Pays-Bas)
M. Nicholas Kiddle (Nouvelle-Zélande)
Mme Stella Mojekwu (Nigéria)
M. Said Ali Alzedjal (Oman)
M. Demetrio L. Ignacio Jr. (Philippines)
M. Ibrahima Sow (Sénégal)

Emplacement du secrétariat

Présentant ce point de l’ordre du jour, le Président a appelé l’attention sur la documentation relative à cette question (voir l’annexe V du présent rapport) et sur une proposition conjointe soumise dans un document de séance par le Gouvernement suisse en consultation avec l’Italie pour le choix de l’emplacement du secrétariat de la Convention. Conformément à cette proposition, la décision sur l’emplacement du secrétariat serait prise à l’issue d’un vote à bulletin secret auquel participeraient les Parties dont les représentants avaient été dûment accrédités à la réunion avant le vote, qui se déroulerait le vendredi 6 mai 2005. La Conférence a adopté cette proposition conjointe.

Les représentants des gouvernements italien et suisse ont présenté à la Conférence des Parties des exposés sur cette question.

La Conférence a adopté en conséquence la décision SC-1/5, dans laquelle elle a accepté l’offre du Gouvernement suisse d’accueillir le secrétariat à Genève.

Le représentant de la Suisse a remercié le Gouvernement italien de sa sportivité et la Conférence de lui avoir témoigné sa confiance en acceptant son offre d’accueillir le secrétariat. Il a exprimé l’espoir que l’implantation du secrétariat à Genève, qui accueillait de nombreux autres organismes s’occupant de la gestion rationnelle des produits chimiques, favoriserait les synergies que tous s’efforçaient de créer. En témoignage de l’engagement de son Gouvernement en faveur de la Convention, il a annoncé que ce dernier verserait tous les ans 2 millions de francs suisses pour les frais généraux du secrétariat et promettait un financement de démarrage de 150 000 francs suisses. En outre, il verserait une contribution exceptionnelle d’un million de francs suisses en 2005 pour financer des projets visant à appliquer la Convention, soit bilatéralement, soit par l’intermédiaire d’organismes comme le PNUE ou l’UNITAR.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :